Stress Introduction


Beaucoup de recherches nous mènent à la conclusion que le stress chronique peut affecter le bien-être physique et mental. Le mécanisme précis par lequel il impose ces effets néfastes est inconnu. Dans la littérature scientifique et médicale, la liste des maladies physiques auxquelles le stress contribue ne cesse de s’allonger. Elle comprend l’hypertension, la maladie coronarienne, l’arrêt cardiaque dû à l’arythmie cardiaque, l’ulcération gastrique et duodénale, le cancer dû à une suppression immunitaire (Marshland et al 1995) et même la maladie d’Alzheimer. Les causes de ces maladies sont non seulement un effet direct du stress persistent en lui-même, mais aussi des mauvaises habitudes comme fumer, boire trop d’alcool ou trop manger, qui sont au moins en partie des manières d’essayer de trouver la stabilité et des mécanismes pour répondre à un environnement stressant.

Si l’on accepte qu’une mauvaise hygiène de vie contribue à la maladie, comment le stress en soi se traduit-il en effet physique ou mental néfaste au niveau cellulaire ou régulateur homéostatique?

On explique ici l’utilité de la variabilité du rythme cardiaque (VRC) et comment ces résultats donnent non seulement une mesure du stress actuel mais, plus important encore, des réserves de stress ou la vulnérabilité au stress.

Depuis plus de 40 ans, la recherche scientifique se penche sur la manière dont l’action et l’interaction du système nerveux autonome peuvent être détectées et analysées afin de nous renseigner sur l’état général de santé physique et mentale. Suite à ce programme de recherche, une large étude de patients a été entreprise, suivies d’autres études similaires au cours des 17 dernières années sur les schémas de comportements, en particulier les réactions physiologiques au stress. Ce travail a généré une base de données considérable d’études de patients individuels qui permis d’établir un niveau « normal » de VRC pour tous, prenant compte du genre et de l’âge. Le résultat final de cette recherche est un système clinique hautement sophistiqué qui se sert de la VRC pour évaluer et prévoir certaines maladies. Une des applications prouvées est le dépistage et la mesure précise du stress et, encore plus important, les réserves de stress ou la vulnérabilité au stress.

Le système VitalScan™ a été développé purement pour le suivi du stress, des réserves de stress et l’équilibre autonome des individus. Le système et l’équipement ont été « essayés et approuvés » par des cliniciens qualifiés opérant au cours des 10 dernières années. Cet équipement de suivi de VRC catalogue le système nerveux autonome (ANS) et plus spécifiquement l’équilibre du système nerveux sympathique/ parasympathique. L’équilibre entre ces deux systèmes est un indicateur de la réaction du corps par rapport aux exigences externes et internes.

Tandis que l’homéostasie reflète la régulation des organes internes et l’entretien d’un équilibre interne grâce au système nerveux parasympathique (SNP), le stress reflète la subjugation des besoins internes en réaction aux exigences externes.

Ce nouveau concept pour comprendre la réaction physiologique par rapport au stress souligne la nécessité de mesurer l’activité du SNP en tant qu’indice de vulnérabilité au stress. Historiquement, les scientifiques ont essayé de quantifier le stress en mesurant l’activité du système nerveux sympathique (SNS), qui ne représente qu’un seul composant de la réaction autonome. Cependant, en évaluant l’activité des deux composants de l’ANS, on définie non seulement le stress actuel mais aussi les réserves de stress de l’individu: celles-ci étant une mesure bien plus utile, car elle identifie la susceptibilité individuelle aux effets du stress.

Le nouveau concept constitue la base de notre capacité de suivi scientifique. De plus, ce document cite les preuves scientifiques que les individus chroniquement stressés ont une variabilité plus réduite du rythme cardiaque, liée à une activité réduite du système nerveux parasympathique.

En plus de l’indicateur physiologique VitalScan™, nous cataloguons le stress/anxiété et la dépression au moyen de questionnaires sélectionnés. Nous quantifions également le stress quotidien par un bref inventaire d’hygiène de vie, afin que les professionnels de la santé puissent évaluer et conseiller sur tous les facteurs à même de contribuer au stress: la cigarette, l’alcool, la caféine, l’alimentation et le statut nutritionnel (y compris les compléments alimentaires), l’exercice et le sommeil. Les preuves scientifiques de l’impact de ces facteurs d’hygiène de vie sur le stress sont aussi comprises dans ce dossier.

Le stress est une conséquence inévitable du quotidien et des interactions sociales de tous les jours. A la clinique, nous essayons de quantifier les niveaux de stress et d’identifier les individus vulnérables aux problèmes de santé à cause des réserves de stress compromises. L’objectif de VitalScan™ est de promouvoir de meilleures stratégies de gestion du stress en expliquant aux individus comment prendre contrôle de leur ANS et de leur réaction au stress en augmentant les réserves de stress grâce à changements d’hygiène de vie.